Test Bracelet d'activité Garmin Vívosmart 5 : discret, précis, anachronique

Test Bracelet d’activité Garmin Vívosmart 5 : discret, précis, anachronique

Ergonomie et design

Pour son Vívosmart 5, Garmin s’est attaché à conserver le style épuré qui a fait le succès de la version précédente. Quitte à faire l’impasse sur des attributs aujourd’hui devenus standards jusque dans l’entrée de gamme. Vous l’aurez compris, nous parlons ici de l’écran. Bien que celui du Vívosmart 5 soit plus grand (10,5 x 18,5 mm contre 6,6 x 17,7 mm) que celui du Vívosmart 4 et emploie une technologie Oled comme désormais la plupart des bracelets d’activité, il reste en effet monochrome ! Une surprise quand on observe en parallèle les concurrents s’écharper pour obtenir la couronne de celui qui aura le plus bel écran. Fitbit, par exemple, n’a pas manqué de doter son Charge 5 d’un écran Amoled couleur de bonne taille, remplaçant l’écran monochrome de son Charge 4 et véritable atout séduction.

Le Vívosmart 5 et son écran Oled monochrome.

Le Vívosmart 5 et son écran Oled monochrome.

Point de fantaisie sur le Vívosmart 5, on y gagne surtout en lisibilité en raison de la hausse de la définition d’affichage (88 x 154 px contre 48 x 128 px). L’affichage noir et blanc ne rend pas spécialement les informations plus lisibles malgré une bonne luminosité maximale, d’autant que le verre acrylique protégeant l’écran est très brillant et assez éloigné de la dalle, générant beaucoup de reflets. Certaines informations affichées en petits caractères sont ainsi difficilement lisibles en plein soleil.

Si les rayons du soleil frappent directement l'écran, les petites lignes en caractères gris deviennent difficiles à lire.

Si les rayons du soleil frappent directement l’écran, les petites lignes en caractères gris deviennent difficiles à lire.

On apprécie le capteur de luminosité ambiante permettant une adaptation automatique de la luminosité de l’écran, afin de ne pas être ébloui la nuit tout en conservant un affichage lisible en journée. Dernier chagrin concernant l’écran, sa fréquence de rafraîchissement paraît faible et les yeux les plus sensibles peuvent être gênés par un léger scintillement. Rien de rédhibitoire heureusement, mais cela s’ajoute à la liste de défauts concernant l’affichage.

Un bracelet d'activité relativement compact.

Un bracelet d’activité relativement compact.

La fantaisie a également disparu du design du bracelet lui-même. La fine bordure métallisée qui faisait le tour de l’écran du Vívosmart 4 a laissé place à un verre incurvé affleurant le bracelet, plus sobre et plus discret, mais aussi moins élégant. Ce nouveau design ne profite même pas vraiment au rapport d’occupation de l’écran sur la façade, puisqu’il y a toujours près de 3 mm de bordure tout autour de l’écran, à laquelle s’ajoutent les 2 mm de largeur du bracelet de part et d’autre du boîtier. Bien que l’on comprenne la volonté de Garmin de proposer un design épuré, l’affichage du Vívosmart 5 paraît daté.

Les capteurs sous le boîtier du Vívosmart 5.

Les capteurs sous le boîtier du Vívosmart 5.

Tout n’est pas à jeter cependant sur le plan du design et de l’ergonomie, puisque le Vívosmart 5 s’avère particulièrement agréable à porter grâce à son poids plume (pesé à 25 g dans sa version S/M) et son bracelet en silicone souple qui reste confortable, même mouillé (étanchéité 5 ATM, compatible avec la natation). Son épaisseur de 10,7 mm et sa largeur d’à peine 2 cm sont également des atouts à l’heure de le glisser sous une manche.

Un système d'attache par boucle classique.

Un système d’attache par boucle classique.

Note de la rédaction : 4 sur 5

Interface

Comme son prédécesseur, le Vívosmart 5 emploie une interface tactile. Son bouton intégré au bas de l’écran n’est en revanche plus sensible, mais cliquable. Moins élégant, mais plus facile à manipuler dans le feu de l’action pour revenir à l’écran précédent, accéder au menu principal ou encore allumer l’écran.

Un bouton unique sous l'écran tactile du Vívosmart 5.

Un bouton unique sous l’écran tactile du Vívosmart 5.

Démarrer une activité passe également par un appui sur cet unique bouton physique, le choix du mode et les réglages associés s’effectuant ensuite via l’écran tactile.

De la même manière que sur les montres du fabricant, on accède aux différents widgets — regroupés par 3 — d’un simple glissement de doigt vertical sur l’écran. Un glissement vers la droite fait apparaître 3 raccourcis paramétrables (par défaut : faire sonner son smartphone pour le retrouver, pourcentage de batterie, mode “ne pas déranger”). Hélas, un glissement vers la gauche ne déclenche rien ; nous avons apprécié de pouvoir associer une fonction de notre choix à cette action, par exemple consulter les dernières notifications.

Les widgets sont groupés par 3 et affichent leurs données après affichage de leur nom (après 4 s environ).

Les widgets sont groupés par 3 et affichent leurs données après affichage de leur nom (après 4 s environ).

Malgré une définition d’affichage en hausse par rapport au Vívosmart 4, les noms des menus sont encore trop longs pour ne pas dépasser de l’écran et donc à défiler automatiquement. L’expérience générale n’en souffre pas trop grâce à l’emploi de noms assez parlants et d’icônes bien identifiables.

Le démarrage d'une activité sur le Vívosmart 5.

Le démarrage d’une activité sur le Vívosmart 5.

Dans l’ensemble, l’utilisation du Vívosmart 5 est simple, l’interface n’abusant pas des menus à tiroirs qui n’en finissent pas. L’organisation des widgets étant personnalisable via l’application Garmin Connect, on peut ajuster leur affichage selon nos préférences.

Note de la rédaction : 5 sur 5

Application

Le Vívosmart 5 utilise la même application Garmin Connect que tous les autres produits du fabricant. Très complète, celle-ci affiche de nombreuses informations dès son écran d’accueil, sous forme de widgets que l’on peut organiser comme on le souhaite.

Un récapitulatif de la journée passée ainsi que des 7 derniers jours est également fourni, pour savoir d’un coup d’œil si l’on a atteint nos objectifs. Ces résultats ainsi que les différentes activités passées sont pour leur part regroupées dans l’onglet “Calendrier”.

L'onglet principal

L’onglet principal “Ma journée” de l’application Garmin Connect.

Les plus compétiteurs trouveront une source de motivation dans l’onglet “Défis” où ils seront invités à se confronter à leurs amis et à décrocher différents badges. Un onglet “Flux” sert à observer plus en détail les activités que nos amis partagent sur le réseau Garmin Connect. Dommage que Garmin limite l’aspect social à nos cercles d’amis et n’affiche pas les compétitions sportives officielles et autres événements sportifs.

Les récompenses, le calendrier et les paramètres du Vívosmart 5 dans l'application Garmin Connect.

Les récompenses, le calendrier et les paramètres du Vívosmart 5 dans l’application Garmin Connect.

Le Vívosmart 5 n’étant pas une montre de sport, il n’est pas surprenant de constater que ses fonctions sportives sont réduites au suivi et à la synthèse des activités. On peut néanmoins profiter des programmes d’entraînement en course à pied et cyclisme de l’application.

Note de la rédaction : 4 sur 5

Usages et précisions

S’il n’est pas le bracelet d’activité le plus design, le Vívosmart 5 se rattrape sur la précision de ses mesures cardiaques. Équipé du même capteur que son prédécesseur, que l’on trouve également sur certaines montres du fabricant (Vivoactive…), il fournit sans surprise des résultats similaires et donc honorables, à défaut d’être particulièrement bons.

Les capteurs du Vívosmart 5 sont les mêmes que ceux que l'on trouve sur bon nombre de montres Garmin (Vivoactive 4, Vivomove Style, etc.).

Les capteurs du Vívosmart 5 sont les mêmes que ceux que l’on trouve sur bon nombre de montres Garmin (Vivoactive 4, Vivomove Style, etc.).

Le Vívosmart 5 permet de suivre les variations de rythme cardiaque, même lors d’activités au rythme irrégulier. S’il n’offre pas la réactivité d’une ceinture pectorale comme notre Polar H10 de référence, provoquant ainsi quelques ratés lors des variations les plus rapides de rythme cardiaque, il offre tout de même un bon suivi dans l’ensemble.

Les courbes de fréquence cardiaque appliquées avec le Vívosmart 5 (en rouge clair) et avec la Polar H10 (en violet), lors d'une course à pied fractionnée, ici comparées avec l'outil en ligne Quantified-self.io.

Les courbes de fréquence cardiaque appliquées avec le Vívosmart 5 (en rouge clair) et avec la Polar H10 (en violet), lors d’une course à pied fractionnée, ici comparées avec l’outil en ligne Quantified-self.io.

Tout n’est pas parfait, en particulier au démarrage des activités (courbe ci-dessus), mais le Vívosmart 5 se comporte en tout cas mieux que les capteurs d’activité Xiaomi Smart Band 6 et Smart Band 7, par exemple, ces derniers étant bien moins chers. Il est ainsi bien plus comparable à un Fitbit Charge 5 qui se trouve justement dans sa zone tarifaire.

Les courbes de fréquence cardiaque obtenues avec le Vívosmart 5 (en violet) et avec la Polar H10 (en rouge clair), lors d'un exercice de rameur par intervalles, ici comparées avec l'outil en ligne Quantified-self.io.

Les courbes de fréquence cardiaque obtenues avec le Vívosmart 5 (en violet) et avec la Polar H10 (en rouge clair), lors d’un exercice de rameur par intervalles, ici comparées avec l’outil en ligne Quantified-self.io.

Son capteur SpO2 indique la saturation en oxygène du sang est quant à lui utilisé durant le suivi du sommeil, ce qui peut servir à détecter d’éventuelles apnées du sommeil. Bien que nous n’ayons pas encore la possibilité de mesurer sa précision, le suivi du sommeil en lui-même nous a semblé assez pertinent, le Vívosmart 5 détectant bien les phases d’éveil et le graphique obtenu permettant d’identifier les cycles.

Points forts

  • Compacte et légère.

  • Mesure de fréquence cardiaque satisfaisante.

Points faibles

  • Écran seulement monochrome et pas toujours très lisible.

  • Pas de GPS.

Conclusion

Remarque globale

Note de la rédaction : 3 sur 5

Comment fonctionne la notation ?

Discret et agréable à porter, le Vívosmart 5 remplit l’essentiel des missions que l’on confie à un capteur d’activité. Son capteur de fréquence cardiaque offre des résultats globalement satisfaisants si l’on n’en attend pas une extrême précision, et le suivi d’activité s’avère assez complet. En revanche, son écran monochrome et l’absence de puce GPS intégrée ne nous semblent pas en accord avec son positionnement tarifaire assez élevé pour un bracelet d’activité.

Leave a Comment

Your email address will not be published.