tout comprendre à la nouvelle offre de jeu vidéo par abonnement de Sony

tout comprendre à la nouvelle offre de jeu vidéo par abonnement de Sony

Un mois après l’Asie et dix jours après l’Amérique, Sony diffuse le 23 juin en Europe sa nouvelle offre pour l’abonnement PlayStation Plus, qui permet d’accéder à des centaines de jeux de façon illimitée.

Jusqu’ici, le PlayStation Now était une simple plate-forme connectant entre eux les utilisateurs pour leur permettre de jouer à plusieurs en ligne. Le PlayStation Plus en propose une version entièrement reliftée. Ainsi, pour quelques euros de plus chaque mois, les 48 millions d’abonnés du service repensé pourront désormais disposer d’un vaste catalogue de jeux accessibles sans frais supplémentaires en téléchargement.

Ce changement ouvre un nouveau front avec Microsoft, son grand rival sur le marché des consoles. Le Game Pass, nom du service de jeu vidéo par abonnement de l’entreprise américaine, est en effet devenu un de ses fers de lance. Le constructeur américain revendique 25 millions de souscripteurs pour un service qui n’avait jusque-là aucun rival sérieux.

Trois abonnements pour le service de Sony

Nouveau nom mais aussi nouveau look pour le PlayStation Plus.

Afin de bien comprendre les contours du nouveau PlayStation Plus, voici les trois abonnements proposés :

  • L’offre élémentaire existe déjà et coûte (toujours) 9 euros. Rien ne change à part son nom, qui devient PlayStation Plus « Essential ». Elle permet aux utilisateurs de se connecter avec d’autres joueurs en ligne – à la manière du Nintendo Switch Online et du Xbox Live Gold des consoles concurrentes. Le téléchargement sans frais de deux ou trois jeux récents par mois ainsi que l’accès gratuit à quelques grands classiques de la PlayStation 4 (PlayStation Plus Collection) est maintenu. Tout comme la possibilité de stocker ses données de sauvegarde en ligne et d’obtenir des réductions sur le magasin numérique de la console.
  • Pour 15 euros, l’offre intermédiaire (PlayStation Plus « Extra ») inclut les services fournis par la souscription précédente ainsi que l’accès libre à une vaste bibliothèque. Elle s’adresse à des joueurs qui souhaitent acheter moins de jeux à l’unité ou multiplier les expériences. Pour le moment, Sony n’a pas encore donné la liste intégrale du catalogue de sa bibliothèque de jeux à disposition en Europe, mais a dit prévoir d’en fournir 400. Les têtes d’affiche sont des exclusivités de l’éditeur, comme Dieu de la guerre, Fantôme de Tsushima ous Spiderman de Marvel. On y trouve aussi des blockbusters d’éditeurs tiers comme Rockstar Games (Red Dead Redemption II) ou Ubisoft (Assassin’s Creed : Walhalla), une pléiade de classiques de la PlayStation 4 ou des pépites du jeu indépendant.
  • L’offre haut de gamme à 17 euros s’adresse d’abord aux nostalgiques. Ce PlayStation Plus « Premium » regroupe les services des deux gammes précédentes tout en y ajoutant plus de 350 jeux d’anciennes consoles de Sony jouables uniquement en streaming. Celles de la PSP ou des PlayStation 1 et 2 seront disponibles en versions « optimisées ». Ceux de la PlayStation 3 seront présentés tels qu’ils étaient à leur sortie. Autre nouveauté notable : cet abonnement permet aux utilisateurs d’essayer des jeux vidéo qui vont sortir pour une durée limitée afin de décider s’ils vont ou non en réaliser l’achat.

Quatre différences avec le Game Pass de Microsoft

Les abonnements de Sony et Microsoft ne sont pas équivalents. Il est donc impossible de les comparer strictement. Voici quatre points pour y voir plus clair et comprendre ce qui les différencie :

  • Sur quels supports sont-ils disponibles ? L’offre de Sony n’est jouable que sur les consoles PlayStation 4 et 5. Tandis que celle de Microsoft s’adresse aux possesseurs des consoles Xbox One et Xbox Series, mais aussi aux joueurs équipés d’un PC sous Windows 10 ou 11 , voire d’un simple smartphone, puisque le catalogue de l’éditeur est accessible dans le cloud.
  • Combien ça coûte ? D’un côté, sur une Playstation Plus, un service divisé en trois gammes distinctes dont le prix est de 9, 15 ou 17 euros par mois. Plus on paye cher, plus on accède à un catalogue important et à des services complémentaires. Le service de Microsoft est quant à lui divisé en deux gammes, dont le prix va de 10 à 14 euros. L’utilisateur qui paie l’abonnement le moins cher doit choisir entre un accès au catalogue PC ou Xbox, les deux étant identiques. Payer plus cher lui permet d’accéder aux deux. A noter que Sony comme Microsoft propose de bénéficier de réductions en optant pour un abonnement annuel.
  • Qui a le plus gros catalogue ? Impossible de trancher car les offres ne sont pas équivalentes. Celle de Sony est à géométrie variable : elle va de 2 à 800 jeux selon le type d’abonnement. Le PlayStation Plus « Extra » de Sony est celui qui vient concurrencer le Game Pass de Microsoft : tous deux proposent environ 400 jeux récents, ce catalogue évoluant tous les mois.
  • Peut-on y jouer à des nouveautés ? La stratégie de Sony et Microsoft varie sur ce point précis. Pour récupérer des clients, Microsoft met avec son Game Pass sur l’intégration immédiate de ses jeux exclusifs, dès le jour de leur sortie. Au contraire, Sony mettra toujours sur les ventes à l’unité pour ses exclusivités les plus alléchantes lors de leur sortie. Le PlayStation Plus n’intègre pas les blockbusters les plus récents de ses studios, comme Gran Turismo 7 ous Horizon Interdit Ouest. Le prochain Dieu de la guerre : Ragnarök n’a pas non plus été annoncé sur le service. L’entreprise ne ferme toutefois pas la porte concernant des titres plus modestes : Errer des Montpelliérains de Blue Twelve Studio sera présent sur la Playstation Plus dès sa mise en vente, le 19 juillet.

Leave a Comment

Your email address will not be published.