Test Vivo X80 Pro : un smartphone premium séduisant, mais qui manque d'endurance

Test Vivo X80 Pro : un smartphone premium séduisant, mais qui manque d’endurance

Avec ce X80 Pro, Vivo veut proposer un photophone polyvalent capable de parer à toutes les situations. Il dispose d’un quadruple capteur composé d’un module principal de 50 mégapixels dont l’objectif ouvre à f/1,6, d’un ultra grand-angle de 48 Mpx (f/2,2), d’un téléobjectif X2 de 12 Mpx (f/1,9) et d’un module périscopique de 8 Mpx (f/3,4). Le tout possède l’apport d’une puce de traitement d’image conçue en interne, la Vivo V1. La marque profite également de l’expertise de l’allemand Zeiss, que nous avons déjà évoquée dans nos colonnes.

L’Oppo Find X5 est un concurrent presque tout trouvé sur le terrain de la photo. Il est proposé à un prix similaire et embarque une configuration assez proche de celle du X80 Pro, même s’il fait l’impasse sur le module périscopique.

Module principal : 50 Mpx, f/1,6

Ce module embarque donc un capteur de 50 Mpx profitant du regroupement de pixels. Cette technique permet de fusionner quatre pixels en un afin de capturer davantage de lumière quand celle-ci vient à manquer. Par défaut, le smartphone capture des clichés de 12,5 Mpx.



Oppo Find X5 (12,5 Mpx, f/1,8, ISO 254, 1/500 s) Pro


Vivo X80 Pro (12,5 Mpx, f/1,6, ISO 66, 1/100 s)

Dans de bonnes conditions lumineuses, le capteur autorise de très bons clichés. Comme on peut le constater ici, ils sont cependant moins bien exposés que sur le Find X5 Pro. On perçoit légèrement plus de lissage sur la couverture du livre et moins de précision sur les contours des billes de couleur, dont la teinte manque d’intensité.



Oppo Find X5 Pro (12,5 Mpx, f/1,8, ISO 6848, 1/20 s)


Vivo X80 Pro (12,5 Mpx, f/1,6, ISO 1310, 1/20 s)

La prestation du X80 Pro convainc moins de nuit, même si le tableau n’est pas entièrement à jeter pour autant. L’image est plutôt bien exposée, mais on repère des artefacts qui constellent l’image et brouillent l’ensemble, malgré la netteté des contours et une colorimétrie plutôt bonne.

Mode 50 Mpx

Il est possible de capturer des clichés dans leur définition maximale. Dans le menu photo, il suffit de choisir le mode Haute résolution, disponible uniquement sur les modules grand-angle et ultra grand-angle.



Vivo X80 Pro (50 Mpx, f/1,6, ISO 3646, 1/15 s)


Vivo X80 Pro (50 Mpx, f/1,6, ISO 61, 1/160 s)

De jour, ce mode accordé à un niveau de détail un peu plus élevé. Il peut donc se révéler intéressant sur des scènes très fournies. Ce n’est pas vraiment le cas dans l’obscurité, où la différence avec le mode standard est infime. Utile pour effectuer un recadrage, mais les clichés pèsent fatalement plus sur le stockage.

Module ultra grand-angle : 48 Mpx, f/2,2

L’ultra grand-angle est un exercice délicat pour les smartphones. Vivo met largement sur ce type de modules puisqu’il munit son terminal d’un capteur de 48 Mpx livrant grâce au regroupement de pixels des clichés de 12 Mpx. Ceux-ci bénéficient d’une colorimétrie juste et d’un joli piqué. L’accentuation est toutefois moindre que sur les images du Find X5 Pro, et on note quelques difficultés sur de petits éléments, telles que les billes de couleur dont les contours manquent de précision. On apprécie cependant une distorsion limitée dans les angles, où le niveau de détail reste élevé.



Oppo Find X5 Pro (12,5 Mpx, f/2,2, ISO 250, 1/250 s)


Vivo X80 Pro (12 Mpx, f/2,2, ISO 195, 1/100 s)

Ce constat vaut de jour, car le smartphone est davantage à la peine la nuit tombée. Vivo opte pour une accentuation marquée afin de restituer un maximum de détails et compenser un lissage important. L’ensemble manque donc de justesse.



Oppo Find X5 Pro (12,5 Mpx, f/2,2, ISO 7744, 1/8 s)


Vivo X80 Pro (12 Mpx, f/2,2, ISO 1310, 1/20 s)

Mode 48 Mpx

Comme le module grand-angle, le système ultra grand-angle permet de capturer des images en pleine définition. Ici aussi, on constate qu’il manque d’intérêt de nuit, le passage en 48 Mpx en journée à un niveau de détails élevé et utile en cas de recadrage. De nuit, l’absence de traitement se traduit en revanche par un bruit numérique trop présent pour que l’on puisse conseiller d’y faire appel.



Vivo X80 Pro (48 Mpx, f/2,2, ISO 11908, 1/10 s)


Vivo X80 Pro (48 Mpx, f/2,2, ISO 156, 1/100 s)

Module téléobjectif x2 : 12 Mpx, f/1,9

Le manque de vivacité des couleurs au grand-angle est encore visible quand le téléobjectif équivalent 50 mm est utilisé. Le lissage est contenu, et même si les billes de couleur mettent toujours l’appareil en difficulté, l’ensemble est harmonieux.



Oppo Find X5 Pro (13 Mpx, f/2,4, ISO 219, 1/100 s)


Vivo X80 Pro (12 Mpx, f/1,9, ISO 66, 1/100 s)

Les défauts observés au grand-angle de nuit restent présents au téléobjectif, des artefacts étant visibles près des contours des éléments de notre scène. Néanmoins, la comparaison avec le Find X5 Pro est sans appel : le traitement logiciel activé par Vivo offre une bien meilleure lisibilité.



Oppo Find X5 Pro (13 Mpx, f/2,4, ISO 5669, 1/20 s)


Vivo X80 Pro (12 Mpx, f/1,9, ISO 2940, 1/15 s)

Module téléobjectif x5 : 8 Mpx, f/3,4

Les téléobjectifs au grossissement important se font rares sur le marché actuel, la plupart des constructeurs privilégiant l’ultra grand-angle. Vivo joue néanmoins la carte de la polyvalence, ce qui est tout à son honneur… même si les clichés résultant de son module à zoom périscopique sont de qualité modeste. De jour, le faible piqué rend les détails peu lisibles. De nuit, ils sont trop brouillés pour que l’image soit réellement exploitable.



Vivo X80 Pro (8 Mpx, f/1,9, ISO 10016, 1/10 s)


Vivo X80 Pro (8 Mpx, f/1,9, ISO 190, 1/50 s)

Module frontal et vidéo

Le smartphone arbore un point central sur l’écran, où se loge un capteur de 32 Mpx dont l’objectif ouvre à f/2,5. Il permet de réaliser des selfies de très bonne qualité. Les clichés sont détaillés et les couleurs très justes. On note çà et là quelques difficultés lors de très fortes expositions, mais rien de rédhibitoire.

Le Vivo X80 Pro est un très bon appareil pour s’ajouter à la vidéo. Il est capable de filmer jusqu’en 8K à 30 i/s, mais aussi en 4K jusqu’à 60 i/s. L’utilisation de la 8K est extrêmement énergivore et occupe beaucoup d’espace (près de 800 Mo pour 1 min d’enregistrement). À moins de vouloir en profiter sur un écran compatible, nous vous conseillons de rester en 4K. Le rendu est très réussi et les couleurs assez chatoyantes. Le module ultra grand-angle est également capable de filmer dans cette définition et se révèle être un des meilleurs dans l’exercice. Il s’agit donc d’un smartphone qui plaira aux vidéastes amateurs.

Leave a Comment

Your email address will not be published.