Voici la PS5 la plus fine et la plus silencieuse du monde

Voici la PS5 la plus fine et la plus silencieuse du monde

En insérant la carte mère de la PlayStation 5 dans un boîtier waterbloc en cuivre conçu artisanalement et relié à un système de watercooling caché, un bidouilleur a transformé la console de Sony en un objet d’art… qui cache un encombrant secret.

La PlayStation 5 est grosse en encombrant : c’est un fait. Si l’un de ses côtés reste plus fin que la Xbox Series de Microsoft, elle occupe un volume imposant. Volume nécessaire pour refroidir sans bruit ses CPU et GPU, la très grande taille du ventilateur et du dissipateur évite ainsi les vrombissements des consoles de génération précédente.

Le bidouilleur Matt de la chaîne YouTube DIY Perks a décidé de faire maigrir sa console en lui retraitant… absolument tout. Carlingue plastique, cage métallique, dissipateurs, mais aussi l’alimentation ont été supprimés (et en partie déportés, lire plus bas). Le moddeur (comme on les appelle dans le jargon anglo-saxon) a ainsi récupéré la carte mère et a conçu un nouveau boîtier de seulement 2 cm de hauteur. Avec comme objectif de s’appuyer sur le principe du refroidissement à l’eau.

Rien que l'achat du cuivre ne coûte une fortune.

L’aventure relatée dans une vidéo de 30 minutes n’est pas de tout repos et demande à la fois du temps, de l’outillage et des matériaux… pas donnés donnés. Rien que les feuilles de cuivre qui ont été découpées et soudées les unes autres coûtent presque le prix d’une PS5. À cela s’ajoute un waterblock que le bricoleur a découpé au millimètre près, mais aussi un système de pompage et un de refroidissement externe, auquel il a joué une alimentation, elle aussi, externe.

La console est refroidie par un flux d'eau

Outre donc les compétences et le matériel, les deux traversées de cette « PS5 Slim » sont donc le coût total de la solution qui doit tout à fait tripler le prix initial. Mais aussi l’encombrement total : si la partie électronique de la console a bien été allégée, une fois le volume total des éléments visibles et invisibles pris en compte, on réalise que les ingénieurs de Sony ont bien travaillé.

L'encombrement total de la solution watercoolée est plus important que celui de la console d'origine.

Cela n’enlève rien à la maîtrise de Matt qui non seulement a dû dépasser des problèmes de démarrage, de chauffe, etc. pour créer une console au look unique. Mais il a en plus réussi à refroidir sa console logiquement bien mieux que Sony. Son système de refroidissement à l’eau est en effet bien plus performant que le refroidissement classique à air de la console originale.

Le watercooling permet de faire baisser les températures bien en deçà d'une PS5 classique.

Cette performance de bricoleur de génie met en lumière les défis que rencontrent les ingénieurs mécaniques et thermiciens de Sony qui travaillent sur la PS5 Slim, évolution très attendue de la console qui est toujours critiquée pour son encombrement. Comment réduire ses dimensions ? Certainement pas avec du cuivre hors de prix et un montage en watercooling qui est tout sauf adapté à un usage grand public. Sur le papier, outre de nouveaux alliages de métal, quelques astuces de flux d’air, etc. le principal allié de Sony sur ce plan serait la finesse de gravure des puces.

Le SoC de la PS5 développé par AMD et fabriqué par TSMC.
Le SoC de la PS5 développé par AMD et fabriqué par TSMC.

Gravé en 7 nm par TSMC, le « cerveau » de la PS5 est une puce tout-en-un (SoC) intégrant à la fois 8 cœurs CPU Zen 2 pouvant aller jusqu’à 3,5 GHz et 36 Compute Units (CU) à 2,23 GHz. Or, AMD et son partenaire TSMC maîtrisent très bien le passage des puces de 7 nm à 5 nm. Cette piste semble probable : TSMC expliquait en 2020 que les rendements de lancement de production de son 5 nm étaient déjà meilleurs que le lancement de 7 nm. Presque deux ans plus tard, les fabs 5 nm tournent à plein régime, le 4 nm a pris la relève sur le très haut de gamme, le 3 nm arrive fin 2022/début 2023 et le 2 nm est prévu pour 2025.

Si Sony gère bien son timing de lancement (fin 2022 ? Courant 2023 ?) et a réussi à optimiser ses coûts de production – ce qui est souvent la raison principale de l’arrivée des consoles « bis » ou « slim » – alors un passage à 5 nm est envisageable. Une miniaturisation qui réduirait la consommation énergétique de 20%. Pas de quoi atteindre une PS5 Slim de 2 cm de haut, mais largement de quoi faire maigrir dissipateur et carlingue.

La source :

Tom’s Hardware États-Unis

Leave a Comment

Your email address will not be published.