Test Xiaomi Smart Band 7 : un écran plus grand qui fait la différence

Test Xiaomi Smart Band 7 : un écran plus grand qui fait la différence

Toujours plus généreux en modes sportifs, Xiaomi en propose désormais plus de 110 sur son Smart Band 7, dont 4 peuvent être détectés automatiquement (marche, course, rameur, vélo elliptique). La plupart des modes sportifs ne servent toutefois qu’à enregistrer une fréquence cardiaque sans apporter de fonctions spécifiques à la pratique définie (pas de nombre de coups droits et de revers en tennis, par exemple). La fonction de natation est néanmoins capable de détecter le nombre de longueurs de bassin effectuées, celle pour rameur mesure la fréquence, et l’activité corde à sauter compte le nombre de sauts, mais c’est bien le minimum que l’on peut en attendre. En l’état, les différentes activités proposées servent surtout à bien différencier les enregistrés, mais c’est le lot de la plupart des bracelets d’activité.

Des données supplémentaires sur l’entraînement

Les informations essentielles sont fournies pour l’analyse de nos performances (allure, cadence, distance, niveau d’aérobie, etc.). Le Smart Band 7 ajoute même une analyse de l’entraînement plus poussée, calculant la VO2 Max (consommation maximale d’oxygène), la charge d’entraînement et la durée de récupération recommandée. Pas de quoi concurrencer une montre de sport, d’autant que ces données ne sont pas utilisées dans le cadre de programmes d’entraînement, mais tout de même intéressant pour les sportifs qui n’utiliseraient que ce bracelet Xiaomi.

Une mesure de fréquence cardiaque toujours perfectible

Principale limite des bracelets d’activité d’entrée de gamme, la précision de la mesure de fréquence cardiaque n’est pas non plus un point fort du Smart Band 7. Le bracelet de Xiaomi ne s’en sort toutefois pas si mal. Lors d’une activité à rythme régulier, le capteur permet de suivre une fréquence relativement stable avec une marge d’erreur raisonnable. Il s’avère tout de même sensible aux mouvements et surtout aux contractions du poignet et doit être bien serré pour que la mesure se fasse correctement, comme avec bon nombre de bracelets et même de montres.

C’est une autre paire de manches lorsqu’il s’agit de suivre une fréquence cardiaque irrégulière, lors d’activités aux variations rapides de rythme (course fractionnée, par exemple). Bien installé, le Smart Band 7 est capable de mesurer correctement la fréquence cardiaque maximale durant l’exercice et de calculer une moyenne proche de celle obtenue avec notre ceinture pectorale Polar H10 de référence. Comme on peut le constater sur les courbes ci-dessous, le capteur de Xiaomi ne se débrouille pas si mal, malgré un manque de précision évident et quelques loupés. Cela peut suffire à se faire une idée globale de l’effort effectué durant une activité.

Courbe de fréquence cardiaque obtenue avec le bracelet d’activité Xiaomi Smart Band 7 (jaune orangé), superposée à la courbe obtenue avec la ceinture pectorale Polar H10 (rouge), pour une course à pied fractionnée.

Dépourvu de puce GPS, le Smart Band 7 doit s’appuyer sur celle du smartphone extérieur pour enregistrer le tracé lors d’une sortie en.

Le Xiaomi Smart Band 7 utilise ses capteurs de mouvement et SpO2 pour assurer un suivi du sommeil et détecter d’éventuelles apnées du sommeil. Les analyses fournies par le capteur sont globalement applicables, mais il arrive que des périodes de réveil ne soient pas détectées. De manière générale, il est également difficile d’observer les phases de sommeil complètes, le Smart Band 7 pertinent une multitude de fractions de sommeil léger et de sommeil paradoxal (REM).

Leave a Comment

Your email address will not be published.