Un FPS survolté qui tire les cartes !  Découvrez Neon White

Un FPS survolté qui tire les cartes ! Découvrez Neon White

Jeu d’actualités Un FPS survolté qui tire les cartes ! Découvrez Neon White

Dans le monde des jeux indépendants, deux éditeurs font la course en tête : Devolver, du côté déjanté de la Force ; et Annapurna, qui se démarque par des créations plus “arty”. Mais parfois les lignes se brouillent, et l’un comme l’autre fait un pas de côté pour proposer un nouveau titre original. C’est le cas de Neon White, édité par Annapurna. C’est parti pour un nouveau Wanted !

“Wanted”, votre nouvelle chronique indés sur JV :

Sorti tout droit des confins de l’Ouest, Wanted est votre nouvelle chronique qui parle de jeux indés. Mais pas n’importe lesquels ! Ceux qui sont décalés et qui s’amusent par exemple à mélanger deux concepts qui n’ont pas grand chose en commun. On y joue un peu et on vous livre nos impressions. Allez, part en cavale !

Blanc néon

On vous le disait dans le dernier Wanted : les indés sont passés maîtres dans l’art de mélanger des éléments de jeu qui n’ont rien en commun – du moins en apparence – pour donner vie à des expériences surprenantes. Des créatures de Frankenstein boiteuses mais qui marchent parfois de temps en temps de feu de Dieu ! C’est le cas de Neon White, un titre développé par le créateur de Donut County qui mélange de l’action en vue FPS avec un jeu de cartes et du visual novel. Comment ça, ça ne peut pas tenir debout ? Ne bougez pas de votre siège, canapé, WC. On vous prouve tout de suite le contraire.

ONU au paradis

On débute avec le plus important. En marge de ses nombreuses originalités, Neon White tient surtout une idée de génie : les armes et les actions du joueur sont conditionnées par des cartes. Eh oui ! En gros, à chaque début de partie, vous pouvez seulement avancer, sauter, attaquer au corps-à-corps. Puis vous trouvez une carte jaune, ornée d’un pistolet. Deux choix s’offrent alors à vous : tirez les démons alentours jusqu’à l’épuisement du précieux pouvoir ; ou “défausser” la carte en question – soit la perdre pour de bon – pour utiliser sa capacité secondaire. Dans ce cas, il s’agit d’un deuxième saut. Les autres cartes exécutent cette même logique : la violette, qui vous donne une arme automatique, permet de lancer une bombe explosive. Alors que la bleue, décorée d’un beau semi-automatique, sert à foncer vers l’avant et à traverser l’ennemi. Les enchaînements sont nombreux.

Alors oui, c’est bien beau de faire des cabrioles avec une belote, mais à quoi ça sert ? Pour être plus concret, le gameplay de Neon White s’exprime surtout grâce à son level design. Ici, il s’agite d’un enchaînement de niveaux très courts – 20 à 40 sec en début d’aventure – où il faut tuer tous les démons et sauter à foison pour toucher le portail de sortie. Mais attention, ce dernier s’ouvre seulement quand toutes les créatures sont éliminées. Et si vous n’êtes pas assez rapide, vous n’aurez pas le rang nécessaire pour débloquer les zones suivantes. Vous voyez le truc ? C’est sûr, Neon White demande d’être alerte, réactif, de savoir quelle carte utiliser et à quel moment. Un véritable processus d’apprentissage se met en place : chaque niveau doit être appréhendé, qualifié pour faire le meilleur temps. Notez que vous aurez autant d’essais que nécessaire.

Pari à 100 balles

Rapidement, Neon White devient addictif – grisant, rappelant les fièvres causées par un certain Hotline Miami. C’est simple, vous n’aurez qu’une seule envie : recommencer les niveaux encore et encore jusqu’à réaliser des records. Le jeu Annapurna encourage d’ailleurs en ce sens. Après un certain score, dans chaque niveau, vous pouvez voir votre fantôme afin d’améliorer votre route, déverrouiller des indices sur la meilleure trajectoire à suivre et consulter un tableau mondial des meilleurs temps. Le jeu contient au total une centaine de zones, donc vous avez de quoi faire ! Cerise sur le gâteau, Neon White propose un univers décalé et bien réalisé (tueurs de monstres en quête de rédemption au paradis) au cœur de tout un aspect visual novel. Si c’est le gameplay qui vous branche, il est possible d’accélérer les dialogues sans la moindre contrainte. Bref, dans le monde des Anges et des Dieux, il y en a pour tous les goûts. L’une des forces de Neon White.

Un FPS survolté qui tire les cartes !  Découvrez Neon White

Mort ou vif ?

(Durée de la cavale : 1h30)

Alors, faut-il partir en quête de Neon White ? Après une heure et demi sur la version complète, c’est un grand oui ! Si vous cherchez un jeu d’action original et dynamique, n’allez pas plus loin ! C’est à la fois addictif, bien pensé et joliment réalisé, avec même tout un aspect visual novel qui vaut le détour mais qui peut également tout à fait être mis de côté (on ne sait jamais, si ce n’est pas votre truc ). On ne vous garantit pas le reste du voyage, mais l’horizon est plus que positif.

  • Neon White est actuellement disponible sur PC (Steam) et Nintendo Switch pour 21,99€.

Précédemment, dans Wanted :

Leave a Comment

Your email address will not be published.