Road-Light Clic-Light V2 : l'ange gardien connecté qui veille sur les deux-roues

Road-Light Clic-Light V2 : l’ange gardien connecté qui veille sur les deux-roues

3

Road-Light s’est donné pour mission de protéger les utilisateurs de deux-roues, qu’ils soient cyclistes, à trottinette, sur un scooter ou une moto. Ce boîtier à signaux lumineux connectés, installé sur un faisceau, permet d’être visible par tout temps.

Tous les utilisateurs d’un deux-roues, qu’il soit motorisé ou pas, vous le diront : sur la route, il est nécessaire d’être vu des autres utilisateurs. Aujourd’hui, les éléments de sécurité passent beaucoup par le port de vêtements techniques et d’un casque, le tout intégrant des bandes réfléchissantes.

Road-Light, une start-up toulousaine créée en 2017, s’est penchée sur la sécurité des deux-roues et c’est ainsi qu’un premier système baptisé Clic-Light a vu le jour. Il s’agissait d’un bloc lumineux connecté avec des feux clignotants accompagnés d’une télécommande. Il suffisait alors au motard d’enfiler le harnais supportant le boîtier par-dessus son blouson via un harnais. Après avoir écumé les CES et autres salons, Road-Light a entretemps amélioré son système.

Ainsi est né le Clic-Light V2, dévoilé au CES de Las Vegas en janvier 2022. L’usage est désormais étendu aux cyclistes, mais aussi aux trottinettes, monoroues et longboards à roulettes, via un mode distinct.

Premier changement, le design du boîtier lumineux a été revu avec des courbes plus douces aux pièces. L’un des principaux changements concerne le sens de portage du Clic-Light. En effet, la fonction Auto Reverse System permet aux clignotants d’indiquer la droite ou la gauche quelle que soit la façon dont on enfile le Clic-Light. En revanche, le système ne peut pas se porter en mode ventral.

L’accroche du boîtier (220 g) au harnais (198 g) s’effectue grâce à la présence sur les deux parties d’une grande surface d’auto-adhésif. Ainsi, aucun risque que le boîtier ne se décroche. D’ailleurs, ses dimensions réduites (20 cm de large, 10 cm de hauteur et une profondeur de 1,7 cm) font que le Clic-Light se range facilement dans un sac à dos.

Publicité, votre contenu continuer ci-dessous

À vélo, en trottinette ou en monoroue

La télécommande ne s’installe pas de la même façon selon que vous êtes à vélo ou sur une moto. Dans le premier scénario, un berceau fixé sur le guidon permet d’accueillir la télécommande (7 cm de largeur, 3,8 cm de hauteur et 2 cm d’épaisseur) en position horizontale uniquement.

Résultat, celle-ci prend un peu de place. Une fois posée, la télécommande s’actionne via deux boutons, l’un à droite, l’autre à gauche. Ainsi, le cycliste pourra activer la fonction clignotante, les feux de position, mais également éviter les feux de détresse.

À moto ou scooter

Dans le cas d’un usage moto ou scooter, la télécommande prend place sous la selle à l’arrière, où elle se branche via un câble spécifique (fourni) à huit fils au système de signalisation de ladite moto. L’installation pourra être effectuée par un mécanicien ou soi-même, Road-Light mis à disposition une vidéo didactique.

Dès que vous actionnez les freins, les clignotants ou la commande de feux de détresse, le Clic-Light joue le rôle d’un répéteur en amplificateur le signal lumineux. Le feu de position du boîtier s’active dès que le contact de la moto est mis.

Côté visibilité, Road-Light assure que son boîtier lumineux (et étanche) reste visible jusqu’à 400 m et que la puissance des leds s’adapte à la luminosité ambiante grâce à la fonction intégrée Adapt Light. Enfin, le boîtier, dont l’autonomie est annoncée pour 10 h d’utilisation avec le feu de position activé en continu, se recharge via un câble USB-C également fourni.

Le Clic Light V2 est d’ores et déjà commercialisé au prix de 129 €.

Publicité, votre contenu continuer ci-dessous

Publicité, votre contenu continuer ci-dessous

Leave a Comment

Your email address will not be published.